Accueil » Actualités » Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur les données de la recherche (2/5) – Sensibiliser et former

Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur les données de la recherche (2/5) – Sensibiliser et former

Sensibiliser et former

Face au terrain immense et complexe des données de la recherche, le professionnel de l’IST se demande souvent : par où commencer ?

Il n’existe de fait aucune recette toute faite, mais des paroles à poser et des idées à disséminer de manière progressive et en tenant compte de son contexte local. Sensibiliser et former, c’est poser la première pierre d’une construction qui demandera ensuite soutien des décideurs, investissement des personnels d’appui à la recherche et appropriation par les chercheurs.

Quelles démarches mettre en œuvre ?


● Interrogez, pour faire s’interroger

Mettre en œuvre une démarche d’enquête au sein de son établissement est une stratégie intéressante pour conduire décideurs, acteurs de la recherche et chercheurs à s’interroger sur leurs pratiques.

Cette démarche a déjà été mise en place dans plusieurs établissements français : universités de Strasbourg, Lille – Sciences et technologies, Lille – Sciences humaines et sociales… Elle permet de créer un dialogue avec les chercheurs et d’aboutir à de premières préconisations d’actions.


● Petit à petit, l’oiseau fait son nid

Vous n’avez pas les moyens de déployer une stratégie globale ? Vous cherchez à prendre des premiers repères ? Commencez petit et apprenez en marchant !

Choisissez :

– une communauté disciplinaire déjà sensibilisée à l’Open Access
– des chercheurs déjà réutilisateurs de données, généralement plus sensibles aux enjeux de l’ouverture des données
– une équipe de recherche avec laquelle vous avez déjà eu l’occasion de créer des liens


● De la discipline avant toute chose

Les enjeux liés à la gestion, à la conservation et à la diffusion des données de recherche varient très fortement selon les disciplines. Suivez vos communautés disciplinaires, participez aux journées et aux conférences qu’ils organisent autour de ces thèmes, rencontrez les acteurs et organismes déjà engagés dans vos disciplines et invitez-les à venir échanger avec vos chercheurs.


● Si tu ne viens pas à Lagardère…

Le programme Horizon 2020 a fortement contribué à intégrer les enjeux d’Open Access et Open Data dans les réponses aux appels à projets : se positionner auprès de sa direction de la recherche et des ingénieurs projets est un bon moyen de gagner en légitimité sur les questions de dissémination des résultats scientifiques (données et publications) et d’entrer en contact avec des chercheurs en quête d’un soutien.

Tout savoir sur les données de la recherche dans H2020 : Les guidelines on Fair Data Management in Horizon 2020, version 3.0 du 26 juillet 2016
> Version française
> Version anglaise


● Les paroles s’envolent, les écrits restent

La publication de guides et la diffusion d’aides en ligne autour de la gestion et de la publication des données constituent autant de facilitateurs pour la structuration d’une démarche.

Conçu par les universités Paris-Descartes et Paris-Diderot, le document « Réaliser un plan de gestion des données » est un exemple d’écrit facilitant la mise en oeuvre d’une démarche de sensibilisation auprès des acteurs de la recherche et des chercheurs.


● Misez sur la jeunesse

Parce qu’ils débutent dans la carrière de chercheurs, les doctorants témoignent souvent d’une sensibilité aux nouveaux enjeux de la science. Ils engagent également pour la première fois des démarches de collecte de données et s’intéressent aux solutions susceptibles de faciliter la documentation et la conservation de leurs données.

Quelques astuces :

– commencez par une première formation courte, inscrite dans les cursus des écoles doctorales et permettant l’obtention d’ECTS
– associez des professionnels de la recherche et des chercheurs à votre démarche.


● Ne réinventez pas le fil à couper le beurre !

Il existe de nombreuses ressources de sensibilisation et de formation sur la gestion et la diffusion des données de recherche. Appuyez-vous sur ces ressources pour concevoir vos propres outils… et partagez vos propres supports avec la communauté !

Découvrez par exemple :

les guides de Formadoct (Université Bretagne-Loire)
le projet Doranum


● Charité bien ordonnée commence par soi-même

Comment pouvons-nous inciter à déposer dans des bases de données de recherche, si nous-mêmes ne valorisons pas ces ressources ? La culture de l’Open Science, c’est d’abord auprès de nos collègues qu’il faut la faire vivre ! Proposer des formations ou des ateliers internes au sein de votre établissement ou de votre bibliothèque contribue à faire avancer la cause de la science ouverte.


● Racontez des histoires !

La sensibilisation passe aussi par le récit que vous construisez autour des problématiques liées à la gestion des données et des démarches de soutien que vous mettez en place. Quelles sont les conséquences d’une mauvaise gestion des données? Qu’apporte la mise en place d’une démarche de conservation et de diffusion? Interviewez vos chercheurs et diffusez leur histoire !

Découvrez par exemple :

– les “datastories” de DataOne (Data Observation Network for Earth)
les 16 histoires collectées par l’ANDS (Australian National Data Service) lors de sa campagne #dataimpact


● Chacun voit midi à sa porte

Adaptez vos arguments et vos propositions à vos interlocuteurs et à leur positionnement dans le monde de la recherche. Parlez conservation aux responsables de plateformes technologiques, visibilité aux chercheurs et compétitivité et pilotage aux décideurs.

=> La plateforme Mantra, développée par l’université d’Edinburgh dans le cadre d’un projet financé par le JISC, propose différents parcours en fonction du profil du chercheur.

Quels arguments utiliser ?

Arguments scientifiques

● Garantir l’intégrité (et dans certains cas les conditions de reproductibilité) des résultats de recherche et conclusions scientifiques obtenus : documenter les modes et les processus de production, limiter les risques de fraudes scientifiques tout au long du cycle de vie des données

● Favoriser la poursuite de l’innovation et la conduite d’une recherche de qualité par un accès aux résultats scientifiques et aux communs du savoir (fonctionnement de la recherche selon un principe cumulatif)

● Explorer de nouvelles pistes de recherche par le décloisonnement et le croisement de données existantes dans des logiques inter- ou pluridisciplinaires: analyses big data, text & data mining (TDM) etc.

● Faciliter les transferts de connaissances et technologies du public vers le privé, de la recherche vers la société : certaines données produites ou collectées présentent un caractère unique de par leur nature (données d’observation) ou le coût de leur production (big data, données astronomiques, etc.)

Arguments économiques

● Éviter les pertes accidentelles de données en facilitant leur archivage, leur pérennisation et leur réutilisation à moyen et long terme par une bonne gestion du cycle de vie de la donnée

● Optimiser les coûts de la recherche (investissements technologique et humain) par la réutilisation et la mutualisation des données existantes et favoriser le retour sur investissement de la recherche produite sur fonds publics

● Limiter la captation partielle ou exclusive des données par des éditeurs ou des acteurs privés à but lucratif lors de la diffusion ou de réutilisation (pour éviter de reproduire le modèle actuel des résultats publiés sous forme d’articles).

Arguments stratégiques

● Mettre en valeur les résultats de la recherche et faciliter la découverte, la citation et la réutilisation des jeux de données au même titre que les publications, en tirant parti des technologies du web (altmetrics, linked open data, …). C’est aussi un enjeu de reconnaissance et de citation.

● Se conformer aux recommandations et exigences imposées par de plus en plus de financeurs de la recherche (Programme européen Horizon 2020, décision du conseil de compétitivité – etc.) ou par des législations nationales (Loi pour une république numérique)

● Améliorer la communication et la gestion entre les partenaires d’un projet par la généralisation des plans de gestion des données (surtout dans le cadre de projets collaboratifs internationaux) et limiter les risques de contentieux ultérieurs

● Disposer d’une vision globale sur l’activité de production et de signalement des données scientifiques produites au sein de l’établissement afin d’aider au pilotage de la recherche

Arguments éthiques

● Anticiper les besoins et contraintes en matière de protection et de confidentialité des données et garantir une démarche d’ouverture et de partage adaptée aux enjeux des projets de recherche

● Mettre en œuvre les conditions de partage et de documentation des données permettant des avancées scientifiques majeures : décryptage du génome, climatologie, exploration de l’Univers etc.

● Favoriser un accès équitable et durable aux savoirs à travers le monde en s’appuyant sur les technologies offertes par le web (réduire le clivage Nord/Sud en matière d’accès et de contribution à la production des savoirs)