Accueil » Actualités » Le budget des bibliothèques universitaires ne permet plus de faire l’acquisition de livres imprimés ou électroniques
Student_reading_in_surprise_by_UHDL_via_Flickr_650

Le budget des bibliothèques universitaires ne permet plus de faire l’acquisition de livres imprimés ou électroniques

Student_reading_in_surprise_by_UHDL_via_Flickr_650

Student reading in surprise (CC – UDHL – via Flickr)

 

Le budget des bibliothèques universitaires ne permet plus de faire l’acquisition de livres imprimés ou électroniques. Une menace pour la réussite étudiante et l’égalité des chances.

L’ADBU, association des directeurs et personnels de direction des bibliothèques universitaires et de la documentation, conduit chaque année une enquête sur les budget des bibliothèques universitaires. Les résultats de l’enquête 2014 montrent que la hausse des budgets d’acquisition des bibliothèques universitaires depuis 2002 n’a profité qu’aux abonnements à destination des laboratoires, au détriment des achats d’ouvrages, qu’ils soient imprimés ou électroniques, principalement destinés, eux, aux étudiants : depuis 2010, les achats d’ouvrages ont baissé de plus de 20 %, et certaines universités ont renoncé, parfois pendant plusieurs années de suite, à tout achat d’ouvrages. La réussite des étudiants, notamment en licence, et l’égalité des chances, sont menacées.

Cette enquête montre que nous assistons à un appauvrissement des fonds documentaires des bibliothèques universitaires françaises, notamment à destination des étudiants, pour lesquels aucune alternative aux manuels imprimés n’existe actuellement sur le marché français. Le choix des universités françaises  a clairement été de maintenir les ressources électroniques à destination des laboratoires, quel qu’en soit le coût (+457,6 % de 2002 à 2014), au détriment des étudiants.

L’ADBU s’inquiète de cette situation et rappelle que la réussite en licence est largement conditionnée par la lecture et la possibilité pour les étudiants d’avoir accès à des exemplaires multiples d’un même titre en bibliothèque, comme le démontre une étude réalisée par l’université de Toulouse.