Accueil » Actualités » Science ouverte à Aix-Marseille Université : 28 000 dépôts en texte intégral dans HAL AMU

Science ouverte à Aix-Marseille Université : 28 000 dépôts en texte intégral dans HAL AMU

En seulement trois ans, la communauté universitaire d’Aix-Marseille s’est saisie de l’archive ouverte HAL AMU pour diffuser en open access ses travaux scientifiques. Plus de 28 000 documents en texte intégral sont consultables en ligne et témoignent d’un engagement fort des chercheurs.

Entretien avec Marlène Delhaye et Isabelle Gras de la cellule open Access du SCD Aix Marseille Université
Comment se concrétise la politique de science ouverte d’Aix-Marseille-Université ?

La mise en place du portail institutionnel a été la première étape d’une politique volontariste de l’université d’Aix-Marseille en faveur de l’open access et de l’open science. La politique d’AMU en matière de science ouverte se matérialise également par le concours financier que l’université apporte à plusieurs services de valorisation, comme le DOAJ, le DOAB ou SPARC Europe, et par le soutien au programme Freemium d’OpenEdition, piloté par l’unité de service et de recherche CLEO (qui devient Open Edition Center) dont elle est co-tutelle. La Lettre d’AMU d’octobre 2017, avec un dossier spécial sur HAL AMU, puis la Journée Open Access (JOA) à AMU du 9 novembre 2017 ont été l’occasion de revenir sur les axes majeurs de cette politique volontariste en matière d’open access.

Vidéo de la JOA AMU

La sensibilisation des communautés de recherche s’est traduite par de nombreuses rencontres sur tous les sites de l’université : en trois ans, plus de 265 heures de formation ont été assurées par la « cellule open access » du SCD d’AMU, touchant plus de 660 membres de la communauté universitaire.

Quels moyens s’est donnée l’université pour mener à bien ce projet, et quel est la place du SCD dans le dispositif ?

Le projet « archive ouverte » a fait l’objet d’un axe spécifique de l’ambitieux schéma directeur du numérique (SDN) lancé par l’université. L’administration de HAL AMU et l’animation de la communauté sur ces questions ont été confiées au service commun de documentation qui a constitué une équipe dédiée que nous composons en tant que conservatrices de bibliothèques, spécialistes de l’open access. La « cellule OA » est ainsi chargée d’administrer l’archive ouverte, de sensibiliser les enseignants-chercheurs en les formant au dépôt et à l’utilisation de l’archive ouverte, et d’accompagner les laboratoires dans leur stratégie de valorisation scientifique, ainsi que dans le déploiement de leurs projets de recherche en open access.

Nous avons mis au point une offre de service souple pour s’adapter aux besoins des laboratoires, et intégrée avec celle de la direction de la recherche et de la valorisation (DRV) sur les questions de bibliométrie.

Un dispositif incitatif pour le dépôt de la production scientifique des laboratoires sur HAL a été mis en place par l’université : depuis 2017, la moitié du « bonus recherche » des unités est basée sur le nombre de dépôts effectués dans HAL AMU. Pour le « bonus » 2018, la part des dépôts en texte intégral a d’ailleurs été renforcée. Le service commun de la documentation et la DRV collaborent pour assurer le déploiement du bonus en organisant des formations pour les chercheurs en binôme, et en partageant la valorisation des publications pour les projets, notamment européens.

Vidéo de la JOA AMU

Comment cette politique se situe-t-elle par rapport à la loi pour une République numérique ?

La cellule OA sensibilise les enseignants-chercheurs aux problématiques de droits d’auteur et répond aux questions qu’ils se posent dans le cadre de leurs échanges avec les éditeurs. Sa mission consiste également à informer la communauté universitaire des droits dont elle peut se prévaloir en matière de diffusion en open access, suite à l’adoption de la loi pour une République numérique.

Vidéo de la JOA AMU

La mise en place de la loi a été l’occasion pour AMU de mener une réflexion sur les contrats d’édition de ses presses universitaires, qui a abouti à une politique éditoriale ambitieuse, dont les termes sont plus favorables que ceux de la loi (elle autorise le dépôt du pdf éditeur, pour mettre en valeur le travail éditorial des presses). Cette politique s’inscrit pleinement dans l’objectif de bibliodiversité soutenu par l’appel de Jussieu, dont l’université est signataire.

Voir la politique des Presses universitaires de Provence (PUP)

Vidéo de la JOA AMU

Voir la politique des Presses universitaires d’Aix-Marseille (PUAM)

 

En savoir plus :