Accueil » Archives » Vers de nouveaux statuts de l’adbu ? Texte d’orientation

Vers de nouveaux statuts de l’adbu ? Texte d’orientation

Vers une réforme des statuts de l’ADBU ?

Texte d’orientation pour l’Assemblée Générale du 37e Congrès. Dunkerque. 20-22 septembre 2007

Notre Association existe depuis plus de 37 ans. Au départ simple amicale des Directeurs de Bibliothèques Universitaires, elle s’est ouverte assez rapidement aux chefs de section, mais a mis très longtemps à faire une place à part entière aux adjoints et personnels de direction dans les instances et le fonctionnement de l’association. Cette évolution s’est faite au travers de plusieurs révisions des statuts, dont la dernière remonte à 10 ans.

Aujourd’hui, les évolutions tant du paysage de l’Enseignement supérieur, en France ou à l’étranger, que celui de la documentation, la multiplication des dossiers dans lesquels l’association doit intervenir, pour lesquels son avis et son expertise sont sollicités, ou des projets qu’elle lance et souhaite mener à bien, a conduit ces derniers mois les membres du Conseil d’Administration à se poser à nouveau la question des statuts.

La forme actuelle de notre association lui permet-elle de remplir des missions élargies et de développer son rôle de moteur et d’interlocuteur central concernant la documentation et ses enjeux dans l’Enseignement supérieur ?

1/Il convient d’abord de réfléchir aux missions fondamentales de l’association. De fait, les actions menées ont évolué ces dernières années, le rapport moral en témoigne. Doit-on continuer en ce sens l’action entreprise ?

2/Il est ensuite nécessaire d’examiner si la structure actuelle de l’association lui permet de remplir ces missions.

Se posent alors :

la question de la légitimité de l’association : Quels types de recrutement et d’adhésion est-il préférable d’avoir pour que le poids et la représentativité de l’association vis-à-vis des tutelles et des différentes instances universitaires ou centrales soient optimaux ? Association de personnels ou association d’établissement ?

la question financière : Les actions développées ces dernières années coûtent cher : déplacement à des réunions, des journées d’études, lancement d’enquêtes, rassemblement et exploitation de données statistiques afin d’aider les établissements, les collègues et les tutelles, etc. Or le budget de l’association est à la fois très limité, ce qui nous interdit par exemple de recruter un personnel vacataire pour effectuer les tâches de gestion, et déséquilibré. Les recettes sont aléatoires, et proviennent essentiellement des bénéfices éventuels apportés par le Congrès annuel. Celui-ci est très lourd à organiser par les établissements, et se professionnalise de plus en plus. Est-il possible d’avoir un budget plus équilibré, avec une partie fixe pérenne, qui permettrait d’entreprendre chaque année des actions d’ampleur votées en AG ?

Conclusion : Cette réflexion sur notre association est essentielle et ne peut se mener qu’au sein d’un groupe de travail, dont la composition serait resserrée mais représentative (par exemple membres du CA, anciens présidents de l’association…) qui serait missionné par l’Assemblée Générale pour travailler à ces questions pendant l’année universitaire 2007-2008, afin de rendre son rapport avec différentes propositions lors d’un Congrès exceptionnel.

Le CA propose donc à l’assemblée générale de se prononcer sur cette orientation pour 2007-2008.

Groupe de travail du CA : Juillet 2007 : Hélène Chaudoreille, Géraldine Barron, Corinne Touchelay, Françoise Truffert.