Accueil » Archives » Des euros pour Haïti

Des euros pour Haïti

Des euros pour Haïti 
Les élèves de l’Enssib se sont mobilisés

Le 12 janvier 2010, un séisme a ravagé Haïti. Si la vague médiatique est moindre, la situation d’urgence demeure(1). Dès janvier, les élèves de l’Enssib, sensibles aux appels des associations professionnelles, se sont mobilisés afin de contribuer à l’effort de reconstruction. Dans un premier temps, nous avons contacté des associations (l’IFLA, Bibliothèques Sans Frontières) afin d’avoir une analyse détaillée de la situation et de cerner les attentes des professionnels haïtiens.

Deux idées se sont imposées : 
— En priorité, aider financièrement une association qui œuvre dans le domaine des bibliothèques et du développement culturel. Nous avons choisi BSF, car le profil des coopérations mises en œuvre par cette association en Haïti dès 2009 et les orientations données aux projets d’entraide correspondaient à notre approche de l’aide humanitaire professionnelle.

Dans ce but, une collecte a été organisée à l’Enssib entre le 22 et le 24 mars 2010. Elle sera étendue du 26 au 30 avril au Service commun de documentation de l’Université Lyon-1 qui a répondu présent à notre proposition.

— Dans un second temps, une rencontre avec Jérémy Lachal, directeur de BSF, a permis de projeter d’autres types de coopération. A ce propos, les élèves de l’Enssib pourraient s’impliquer en tant que bénévoles, en aidant, en lien avec des bibliothécaires haïtiens, à la constitution de fonds destinés à une future bibliothèque universitaire centrale, dont la construction est en projet. BSF prévoit en effet d’accueillir en France un groupe de bibliothécaires haïtiens qui se formeront et constitueront eux-mêmes leur fonds documentaire. Ils choisiront les ouvrages qui auront été donnés. BSF se chargera ensuite de transporter l’ensemble de la bibliothèque ainsi constituée jusqu’en Haïti. Un deuxième type de coopération pourrait se concrétiser en participant à la mise en œuvre et à l’animation de bibliothèques mobiles en Haïti. Celles-ci seront implantées dans les camps de fortune, en réponse à la pénurie d’habitations, mais elles risquent de se pérenniser. Ces bibliothèques mobiles contribueront à maintenir l’accès au livre et à la culture.

Nous comptons proposer à l’ensemble des élèves de l’Enssib une participation aux actions bénévoles, afin d’apporter nos compétences en termes de gestion et de développement de projets.

Aline Rocchia, coordination ; Julien Sempéré, président de l’Association élèves Enssib ; Claire Babin, Agnès Boishult, Véronique Bolze, Zahima Hammache Gaessler, Isabelle Mette, Cécile Poirot, Jérôme Schweitzer, Mathilde Vinit.

Venez nous retrouver sur le blog de l’Association des élèves de l’Enssib.

Pour en savoir plus sur les actions de Bibliothèques Sans Frontières en Haïti : http://www.bibliosansfrontieres.org/

1. Cf. Irina Bokova, Haiti : la culture doit devenir la norme antisismique de la reconstruction, Le Monde, 30 mars 2010 ; les articles de Béa Bazile,de Jérémy Lachal parus dans BIBLIOthèque(s), mars 2010, n° 49, p 66-69.