Accueil » Commissions thématiques » Activité commission Evolution métiers et compétences 2012-2014

Activité commission Evolution métiers et compétences 2012-2014

Librarian Action Figure CCBY PauL L Dineen via Flickr

Librarian Action Figure CCBY PauL L Dineen via Flickr

 

Présentation et bilan d’activité 2013 – 2014

La Commission permanente Évolution des métiers s’est réunie en plénière le 1er octobre 2013 et les 5 février, 2 avril et 5 juin 2014. Elle participe en outre aux travaux de BSN9, et a représenté l’ADBU lors de diverses manifestations concernant son champ d’investigation :
– intervention aux 1ères journées d’études du réseau des CRFCB, qui se sont tenues le 30 septembre 2013 à Médiadix. (Former les bibliothécaires tout au long de la vie, pour quoi faire ?);
– interventions dans plusieurs tables rondes au congrès 2014 de l’ABF (Bibliothèques : nouveaux métiers, nouvelles compétences) qui s’est tenu à Paris du 19 au 21 juin 2014.

L’objet premier de la Commission est de travailler sur l’évolution des métiers de la fonction documentaire dans l’enseignement supérieur et la recherche : identifier les évolutions à mettre en oeuvre pour disposer des compétences nécessaires à l’accomplissement des missions des métiers de la documentation, approfondir l’articulation entre les fonctions, les compétences et les statuts, élaborer des éléments sur lesquels le CA pourra s’appuyer dans les négociations politiques ou stratégiques.

En 2013-2014, la Commission a plus particulièrement travaillé à :

• l’établissement d’une cartographie des activités et de leurs évolutions : à l’inverse de la cartographie établie dans le cadre de BSN9 sur les métiers et compétences liées à l’Information scientifique numérique, donc essentiellement au soutien aux chercheurs, la Commission a souhaité, compte tenu de la diversité des missions exercées par l’ensemble des personnels des services documentaires des universités, engager sa réflexion à partir des missions et des activités associées. Ces dernières ont ainsi été listées par grand domaine d’intervention, en identifiant pour chacun d’eux les axes de changement à anticiper, que ce soit dans le spectre des activités ou dans le type de personnel susceptible de les accomplir, ainsi que dans le niveau d’expertise mis en œuvre. Les domaines examinés témoignent du champ d’intervention, très large, des services documentaires dans les universités : services aux publics ; politique documentaire et collections ; formation documentaire ; management, pilotage et encadrement ; communication et action culturelle ; logistique et bâtiments ; système d’information documentaire.

Concernant l’éventuelle dichotomie entre « bibliothèque numérique » et « bibliothèque traditionnelle », la Commission a considéré que dès aujourd’hui le numérique irrigue (ou devrait irriguer) tous les domaines et activités, et qu’il n’y avait pas sens à en faire une catégorie à part. Au contraire, la réflexion s’est trouvée enrichie de penser chacun des domaines concerné en l’y intégrant systématiquement. Il est néanmoins apparu nécessaire de conserver un domaine système d’information documentaire, conçu non comme le seul lieu du numérique, mais comme le service support de tous les autres services, où se concentrent des compétences et activités plus strictement informatiques, le numérique quant à lui débordant largement de ce cadre.

L’étape suivante consistera à identifier les compétences liées aux activités listées, notamment à celles en évolution, afin de proposer aux organismes de formation compétents des infléchissements dans leur politique de formation initiale et continue. Par ailleurs, en s’appuyant sur le même chantier, la Commission souhaiterait également apporter aux adhérents des éléments utiles dans les négociation en cours ou à venir dans les établissements sur la cotation des postes. À cette fin, une mise à jour du référentiel Bibliofil’ apparaît plus que jamais opportune.

la fourniture au Bureau du CA d’éléments d’expertise : la Commission a par ailleurs produit pour le CA plusieurs notes portant sur le régime indemnitaire des conservateurs, sur la revalorisation des agents de catégorie C, sur le statut des divers corps de référence de catégorie A et A+ de la Fonction publique, tant d’État que territoriale, dans la perspective d’un maintien souhaitable de la mobilité entre fonctions publiques. Elle travaille également dans la même visée sur les référentiels métiers, et s’est également penchée sur les questions d’intégration de la gestion de la filière bibliothèques dans les systèmes d’information RH des établissements.

Enfin, la Commission travaille à l’organisation d’une journée d’information et d’échanges avec les adhérents à l’automne 2014, sur les questions de métiers et de ressources humaines.

Composition de la commission

Chistine Balliet Université de Lorraine
Florence Barré Université de Nîmes
Perrine Cambier-Meershmann Lille 2
Corinne de Munain Université de la Sorbonne (Paris IV)
Brigitte Dujardin Université de Paris 8
Eric Lams Université du Littoral
Héloise Lecomte BULAC
Diolène Peycelon-Lachiver Université d’Amiens
Mathilde Poulain Université du Havre
Christophe Pavlidès CRFCB Médiadix Paris
Brigitte Renouf Université de St-Etienne
Catherine Roussy COMUE Midi Pyrénées
Philippe Serisier Université d’Orléans
Françoise Truffert Université de Valenciennes