Accueil » Commissions thématiques » Commission signalement et système d’information

Commission signalement et système d’information

Thrilling tasks in librarianship CCBY Quinn Dombrowski via Flickr

Thrilling tasks in librarianship CCBY Quinn Dombrowski via Flickr

 

Présentation et bilan d’activité 2013-2014

 

En 2013-2014, la Commission Signalement et système d’information a centré son activité sur le suivi du projet SGBM, le développement de ses relations avec l’Abes et l’animation du réseau de l’ex-AURA autour de la question des données et du numérique. Le calendrier de la commission a alterné les réunions plénières (29/11/2013, 20/03/2014, 04/04/2014, 30/06/2014), la participation à de nombreuses instances nationales et groupes de travail, et l’organisation d’événements à destination de l’ensemble de la communauté. La Commission compte désormais 16 membres et il est intéressant de noter que son effectif a quasiment doublé à l’issue de cette deuxième année d’activité.

De l’outil à la donnée, le projet SGBM, pivot d’une stratégie

La Commission s’est largement investie sur le projet de système de gestion de bibliothèque mutualisé (SGBM) de l’Abes, en mettant l’accent sur la question de la réinformatisation et de ses conséquences, coeur des préoccupations du réseau. D’octobre à mai, la Commission a suivi (et contribué à) l’ensemble des travaux des deux groupes projet, à savoir celui des sites pilotes sur les problématiques fonctionnelles des établissements, et celui sur l’évolution du catalogage et des métadonnées dans le cadre de l’étude sur l’évolution du système d’information de l’Abes (projet dit SUDoc 2). Il est rapidement apparu impératif de ne pas traiter ce dernier dossier de manière isolée, mais de le rapprocher de la participation de l’ADBU au comité stratégique sur l’adoption du RDA en France, ainsi qu’à BSN3.

Les conclusions de la réflexion de la Commission ont conduit l’ADBU à préconiser une dissociation stricte de la problématique de réinformatisation des établissements et du devenir stratégique du système d’information de l’Abes. À une réflexion sur les outils doit se substituer une prospective sur les données, au service des objectifs des structures documentaires de l’ESR, dans le cadre d’une meilleure inscription de ces dernières dans le Web. Soucieux de faire partager ces problématiques et conscient de la nécessité d’informer largement le réseau de l’enseignement supérieur et de la recherche et au-delà, la Commission a organisé le 20 février 2014 une journée d’information sur la réinformatisation à l’heure du SGBM. Cette rencontre a permis de confronter les interrogations et les expériences du réseau à l’expertise et aux questionnements de l’Abes, dans le but d’identifier les questions de fond posées par le projet SGBM et les projets connexes de l’agence (hub des métadonnées de la recherche, base de connaissance nationale BACON).

L’événement, qui a rassemblé une centaine de participants, a également permis d’appréhender collectivement le modèle d’organisation induit par l’informatique « dans les nuages », posé la question du libre et celle de la nécessaire diversité de l’offre des prestataires au prisme des innovation en cours et de l’impératif de la maîtrise, par les bibliothèques, de leurs données. Les prises de position des établissements ont été l’occasion de rappeler l’acuité du besoin en matière de gestion des données décrivant les ressources numériques, les difficultés d’évolution des organisations, et la nécessité en regard de penser conjointement l’accompagnement des équipes.

Les bases de la relation de la Commission avec lAbes

Mise en place notamment pour poursuivre et renforcer, dans la droite ligne de l’ex-AURA, les relations entre les établissements du réseau et l’agence, la Commission a tiré partie du copieux calendrier du projet pour rencontrer et échanger régulièrement avec la direction de l’Abes et ses équipes. La confirmation de la participation de l’ADBU au Conseil d’Administration et au Conseil scientifique de l’agence ont permis de donner un caractère plus formel à ces relations de travail, et plus de force aux positions du réseau. La constitution d’équipes de projet mixtes associant Abes, établissements et associations professionnelles, autour du SGBM comme du projet de base de connaissance BACON, conduit à souligner la grande qualité du travail réalisé. En effet, cette logique permet de rassembler les conditions d’une réflexion constructive basée sur des regards complémentaires favorisant la mutualisation des compétences au profit d’une meilleure connaissance réciproque.

Il apparaît néanmoins impératif de renforcer et d’étendre encore la communication autour des activités de l’Abes et des enjeux actuels des données, notamment dans une perspective pédagogique. L’appropriation par les décideurs mais également par les équipes des questions de métadonnées, de bases de connaissance, de formats, de normes et de protocoles doit s’inscrire dans le quotidien des problématiques et des activités des établissements. Si l’Abes porte une large part des capacité de recherche et développement du secteur en la matière, ces orientations doivent être mieux maîtrisées par les établissements. Cette question a conduit la Commission à prôner la rédaction au niveau national d’une feuille de route stratégique sur les données qui dépasse le seul réseau SUDoc et qui intègre également la politique d’acteurs majeurs tels que l’INIST, ou la BnF, dont les objectifs se rapprochent largement de ceux de la sphère de l’enseignement supérieur et de la recherche autour de la multiplication de données liées, synchronisées et produites sur la base de référentiels solides et ouverts.

Le numérique, une question actuelle et structurante

La Commission a également cherché à promouvoir la réflexion sur le numérique en multipliant les modes d’intervention auprès des établissements. La participation des agents aux dispositifs de formation continue des URFIST, des CRFCB ou à des actions à l’initiative de certains établissements ne suffit pas. L’ADBU a ainsi souhaité tenter le pari d’organiser, le 6 juin 2014, une “non conférence”, sous la forme d’un bibcamp comme celui réalisé en 2011 par les collègues de l’Université d’Angers. Seul le thème en était prédéfini (le numérique), l’organisation et les sujets des ateliers étant livré à la libre détermination des participants. L’événement a rassemblé plus de 70 collègues aux profils extrêmement variés, qui ne disposaient pas de forum ou de lieu institutionnalisé pour rendre possible des échanges en direct en complément des réseaux sociaux utilisés par un grand nombre d’entre eux. Les questions abordées témoignent d’une maturité et d’un recul indéniable sur le rôle pivot du numérique non en tant que tel mais bien au service des missions des bibliothèques et de leurs usagers. La spontanéité et la richesse des échanges, conduit dans une grande qualité d’écoute mutuelle, ont permis de tirer quelques enseignements quant à la perception par chacun du numérique, enseignements dont la Commission réalisera prochainement une synthèse écrite. Le moindre d’entre eux n’est pas d’avoir permis de prendre conscience du besoin de la profession de multiplier les rencontres de ce type, qui contribuent à démystifier le numérique comme objet de l’expert ou du passionné et prémunit d’une approche centrée sur la technique. Il s’agit sans nul doute pour l’association d’un axe d’intervention à développer à l’avenir.

 

Composition de la Commission permanenteSignalement et système d’information
Prénom Nom Établissement
David AYMONIN Université de la Nouvelle-Calédonie
Valérie BERTRAND Université Jean-Moulin Lyon 3
Daniel BOURRION Université d’Angers
Yves CARON Université d’Avignon et des Pays de Vaucluse
Gaëlle CHARRA Bibliothèque Diderot de Lyon
William DEMET Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines
Frédérique GAUDIN CNAM
Benjamin GUICHARD BULAC
Patricia LE GALÈZE Université Paris-Sud
Romain LE NEZET Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3
Grégory MIURA Université Bordeaux Montaigne
Valérie NÉOUZE Université Paris Descartes
Ewa NIESZKOWSKA-SERLAN Université Paris-Est
Catherine STORNE Université de Strasbourg
Juliette TAISNE Université catholique de Lille
Valérie TRAVIER Université de Nîmes